transfigurer


transfigurer

transfigurer [ trɑ̃sfigyre ] v. tr. <conjug. : 1>
XIIe pron.; lat. transfigurare, du rad. figura « forme, figure »
1Transformer en revêtant d'un aspect éclatant et glorieux. Jésus fut transfiguré sur le mont Thabor.
2Transformer en donnant une beauté et un éclat inhabituels. embellir. « Le soleil, qui est le grand magicien de ce pays, et qui transfigure toutes choses » (Loti). « L'exercice des vertus [...] , la pureté de la pensée avaient transfiguré mon oncle, qui de laid devint très beau » (Balzac). métamorphoser.
(Abstrait) Transformer en améliorant. « je subis cette influence profonde, qui amena dans mon être une complète transformation. M. Dupanloup m'avait à la lettre transfiguré » (Renan).

transfigurer verbe transitif (latin transfigurare, transformer) Littéraire Changer l'aspect de quelque chose, sa nature, en lui donnant un caractère éclatant, magnifique : La lumière de l'aube transfigurait le paysage. Donner un éclat inaccoutumé au visage de quelqu'un.

transfigurer
v. tr. Transformer en rendant beau, radieux.
Pp. Visage transfiguré par la joie.

⇒TRANSFIGURER, verbe trans.
A. — Vieilli. Transformer totalement, métamorphoser. À ce moment, se produit une mue après laquelle l'embryon, devenu une véritable larve, est complètement transfiguré (E. PERRIER, Zool., t. 1, 1893, p. 971).
B. — [L'obj. désigne une pers., un attribut de la pers.]
1. a) [Le suj. désigne un inanimé] Transformer en donnant à une personne humaine, à son visage et à son expression un éclat inhabituel. Transfigurer un visage; l'amour, le bonheur, un sourire transfigure. Elle était au milieu du salon, debout près de son mari, dans cette tenue éblouissante qui la transfigurait (FROMENTIN, Dominique, 1863, p. 119). Elle me disait: « Soit, tu n'es pas jolie. Mais qu'est-ce que la beauté? Un rayon d'intelligence peut transfigurer un visage imparfait et le rendre digne d'être adoré » (MONTHERL., Celles qu'on prend, 1950, II, 1, p. 792).
Au passif. Être transfiguré par un sentiment. [Christophe] était transfiguré par l'amitié; il avait une expression de joie, de confiance, de jeunesse, qu'on ne lui avait jamais vue (ROLLAND, J.-Chr., Maison, 1909, p. 938).
Fréq. au part. passé. [Il] se redressait avec lenteur, l'expression transfigurée, les yeux rayonnants (CHÂTEAUBRIANT, Lourdines, 1911, p. 282).
Empl. pronom. La physionomie, le visage se transfigure. La face épaisse et suante de l'abbé Godard se transfigurait d'une bonté exquise (ZOLA, Terre, 1887, p. 59). Je vis dans son regard briller une lueur d'orgueil. Et son corps se redressait, se transfigurait presque (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 306).
b) RELIG. CHRÉT. Transformer en donnant un aspect glorieux et éclatant.
Au part. passé. [En parlant du Christ] Revêtu d'un éclat surnaturel et glorieux. C'est Jésus transfiguré qui vient de quitter Élie sur le Thabor (PSICHARI, Voy. centur., 1914, p. 217).
Empl. subst. Celui qui a subi la transfiguration. Est-ce un transfiguré qui part et ressuscite, Qui monte, délivré de la terre, emporté Sur un char volant fait d'extase et de clarté (HUGO, Légende, t. 2, 1859, p. 812).
Empl. pronom. Notre seigneur se transfigura sur le mont Thabor (Ac. 1798-1935). P. anal. Le chevalier de Vimy cessait de paraître humain pour se transfigurer dans la soudaine magnificence de sa voix prophétique (ADAM, Enf. Aust., 1902, p. 269).
2. Au fig. Changer le caractère, la nature d'une personne en lui donnant de l'éclat, une dignité nouvelle ou hors du commun. Il fera de son deuil le point de départ d'une ascension spirituelle (...) non pas, comme Nerval, pour transfigurer la femme aimée et lui donner figure d'ange intercesseur (BÉGUIN, Âme romant., 1939, p. 352). Je me sens un tel feu et une telle âme en moi, une si haute passion enfin me transfigure que je m'estime assez haut pour mériter Julia (CAMUS, Dév. croix, 1953, 1re journée, p. 533).
Au part. passé. L'Europe, en quelques heures, désorganisée, aussitôt réorganisée; transfigurée, équipée, ordonnée à la guerre (VALÉRY, Variété IV, 1938, p. 69).
Empl. pronom. Montrer au monde comment l'homme pouvait se transfigurer par la foi et l'amour (MONTALEMBERT, Ste Élisabeth, 1836, p. XXIX). Depuis la Révolution, la femme a encore grandi; elle s'est transfigurée, idéalisée (GONCOURT, Ch. Demailly, 1860, p. 251).
C. — [L'obj. désigne un inanimé]
1. Changer l'aspect d'une chose en lui donnant de l'éclat, un merveilleux inhabituel ou étrange. La lumière transfigure; transfigurer le monde, l'univers. Qu'est-ce qui transfigure ainsi le boulevard? L'allure des passants n'est presque pas physique; ce ne sont plus des mouvements, ce sont des rythmes (ROMAINS, Vie unan., 1908, p. 39). Une magie poétique transfigure tout, dans une extase qui s'accroît jusqu'à l'éclosion des suprêmes clartés (BÉGUIN, Âme romant., 1939, p. 175).
Au part. passé. Tout ce paysage paisible lui apparut transfiguré dans la lumière immobile (BERNANOS, Joie, 1929, p. 604).
Empl. pronom. Tout ce paysage d'or pâlit, se transfigure, s'évapore, se féerise et se pastellise comme dans un feu de Bengale vague et s'évanouissant dans un rêve (GONCOURT, Journal, 1864, p. 103).
2. Au fig. Changer le caractère, la nature de quelque chose en exaltant, en sublimant. Transfigurer l'existence, le réel; transfigurer la souffrance en joie. C'est tout, en lui, que j'aime. (...) Il rehausse la vie de tous les jours, la transfigure, comme il transfigure tout (VAN DER MEERSCH, Empreinte dieu, 1936, p. 134). Il suffit d'une grâce toute simple et d'un tout simple enchantement pour transfigurer soudain la malveillance en bienveillance (JANKÉL., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 198).
Au part. passé. Réalité transfigurée. Ces rêves qui ne sont que les souvenirs déformés ou transfigurés des obsessions d'une journée laborieuse (BAUDEL., Paradis artif., 1860, p. 391).
Empl. pronom. Un chez soi, un foyer, une femme... Oh! La vie s'est transfigurée (MICHELET, Peuple, 1846, p. 99).
REM. 1. Transfigurant, -ante, part. prés. en empl. adj. Qui transfigure. Armand faillit passer sans le reconnaître dans cette féerie transfigurante le vieux vantail branlant qui était rose en plein jour (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 169). 2. Transfiguratif, -ive, adj., rare. Qui transfigure. Synon. transfigurateur. Communications émotives et transfiguratives à travers l'expression des arts (BREMOND, Poés. pure, 1926, p. 109).
Prononc. et Orth.:[], (il) transfigure [-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1165 trans. « transformer, métamorphoser » (BENOÎT DE STE-MAURE, Troie, éd. L. Constans, 29976); b) ca 1245 spéc. se transfigurer (du Christ au Mont Thabor) (PHILIPPE MOUSKET, Chron., 10963 ds T.-L.); 2. a) 1610 p. ext. (P. DE DEIMIER, L'Académie de l'Art poétique, p. 103: transfigurer ainsi les dialectes d'un langage); b) 1615 pronom. (A. DE MONTCHRESTIEN, Traicté d'œconomie politique, p. 47). Empr. au lat. transfigurare « transformer, métamorphoser, changer une chose en une autre » (de trans « au-delà, par delà » et figura « figure »). Fréq. abs. littér. Transfigurer: 322. Transfiguré: 270. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 104, b) 404; XXe s.: a) 466, b) 782. Transfiguré : XIXe s.: a) 179, b) 388; XXe s.: a) 424, b) 531. Bbg. RENSON 1962, pp. 381-383.

transfigurer [tʀɑ̃sfigyʀe] v. tr.
ÉTYM. XIIe, pron.; du lat. transfigurare, de trans-, et figurare, de figura « forme, figure » (→ Figure).
1 Vx. Transformer, métamorphoser.
2 (Par spécialisation de sens, en raison de la valeur particulière donnée au mot par l'Évangile). Relig. chrét. Transformer en revêtant d'un aspect éclatant et glorieux. || Jésus fut transfiguré sur le mont Thabor.
1 Et il fut transfiguré devant eux. Son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements blancs comme la neige.
Bible (Sacy), Évangile selon saint Matthieu, XVII, 2.
3 (Sujet n. de chose). Transformer en donnant au visage une beauté et un éclat inhabituels. || Une merveilleuse exaltation (cit. 12) la transfigurait. || Le soleil est un magicien (cit. 7) qui transfigure toutes choses (→ aussi Participer, cit. 7). || Un brouillard qui ornait, transfigurait les êtres (→ Pellucide, cit.).Pron. || Sa face épaisse se transfigurait d'une bonté exquise (→ Embellir, cit. 11).
2 L'exercice des vertus, la sérénité de la conscience, la pureté de la pensée avaient transfiguré mon oncle, qui de laid devint très beau.
Balzac, Honorine, Pl., t. II, p. 259.
3 La poésie n'est qu'une manière de percevoir les objets extérieurs, un organe spécial qui tamise la matière et qui, sans la changer, la transfigure.
Flaubert, Correspondance, 379, 31 mars 1853.
4 Transformer en améliorant. Embellir.Pron. || Se transfigurer.
4 Or, je te le redis, pour se transfigurer,
Et pour se racheter, l'homme doit ignorer (…)
Douter est sa puissance et sa punition.
Hugo, les Contemplations, VI, XXVI.
5 Durant trois ans, je subis cette influence profonde, qui amena dans mon être une complète transformation. M. Dupanloup m'avait à la lettre transfiguré.
Renan, Souvenirs d'enfance…, III, III, Œ. compl., t. II, p. 818.
——————
transfiguré, ée p. p. adj.
1 Jésus transfiguré.
2 Personnage transfiguré par la renommée (→ Idée, cit. 19). || Une forme transfigurée du travail (→ Organiser, cit. 8). || Héros idéalisé, transfiguré par la légende, par l'art.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • transfigurer — Transfigurer, Changer d une forme en autre, Transfigurare …   Thresor de la langue françoyse

  • transfigurer — Transfigurer. v. a. Changer en une autre figure. Il n a d usage qu en parlant de Nostre Seigneur, Lors que Jesus Christ se transfigura sur le Tabor …   Dictionnaire de l'Académie française

  • transfigurer — (tran sfi gu ré) v. a. 1°   Changer la figure, le caractère. La légende transfigure les personnages historiques.    L Académie n a pas transfigurer à l actif. 2°   Se transfigurer, v. réfl. Prendre une autre figure. •   Il est difficile.... que l …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • TRANSFIGURER — v. tr. Donner au visage un éclat inaccoutumé. La joie l’avait transfiguré. La maladie l’avait vieilli, il revient des eaux rajeuni, transfiguré. SE TRANSFIGURER n’est usité qu’en parlant de JÉSUS CHRIST. Notre Seigneur se transfigura sur le mont… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • TRANSFIGURER — (SE). v. pron. Changer d une figure en une autre. Il n est usité qu en parlant De JÉSUS CHRIST. Notre Seigneur se transfigura sur le mont Thabor. TRANSFIGURÉ, ÉE. participe …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • treuzneuziañ — transfigurer …   Dictionnaire Breton-Français

  • transfiguration — [ trɑ̃sfigyrasjɔ̃ ] n. f. • 1265; lat. transfiguratio 1 ♦ Relig. chrét. Changement miraculeux dans l apparence du Christ transfiguré. Fête de la Transfiguration (6 août). 2 ♦ Action de transfigurer, état de ce qui est transfiguré. « À partir de… …   Encyclopédie Universelle

  • transfigurateur — transfigurateur, trice [ trɑ̃sfigyratɶr, tris ] adj. • 1839; lat. ecclés. transfigurator ♦ Littér. Qui transfigure, est capable de transfigurer. « Ces visions sont quelquefois transfiguratrices » (Hugo). ⇒TRANSFIGURATEUR, TRICE, adj. et subst. I …   Encyclopédie Universelle

  • transfigura — TRANSFIGURÁ, transfigurez, vb. I. tranz. şi refl. A( şi) schimba (în mod esenţial) expresia, înfăţişarea, forma, conţinutul, caracterul, natura, starea de spirit; p. ext. a (se) transforma. – Din fr. transfigurer, lat. transfigurare. Trimis de… …   Dicționar Român

  • changer — [ ʃɑ̃ʒe ] v. <conjug. : 3> • changier fin XIIe; bas lat. cambiare, lat. imp. cambire, probablt d orig. celtique I ♦ V. tr. 1 ♦ Céder (une chose) contre une autre. ⇒ échanger, troquer. Changer une chose pour, contre une autre. Changer sa… …   Encyclopédie Universelle